Contexte historique

 

Le diorama

Le canon Dora (calibre 800mm) a été conçu à l’origine pour pilonner les défenses de la ligne Maginot mais ne fut utilisé qu’en Crimée.

Diorama  au 1/350 réalisé par Jean Mahieux

L’origine de ce diorama vient de l’apparition d’un kit en photo-découpe de la marque « Big Blue Boy » à l’échelle 1/350. Partant de ce modèle, Il était tentant de réaliser la totalité du pas de tir de cet engin exceptionnel. La scène représente le canon Dora lors du siège de Sébastopol, en Crimée.
Sur les cotés se trouve les convois blindés se préparant à l’assaut de la ville. Un avion de reconnaissance Fieseler Storch et un avion cargo Junker 52 sont posés à proximité.
Hormis la maquette du canon, tout le reste est en scratch et en photo-découpe, le matériel ferroviaire, locos, wagons, portiques, voies ferrées, filets de camouflage, avions, charriots, etc. sont des créations personnelles.
Les locos BR50 sont chargées du déplacement du canon sur une courbe azimutale. Les deux voies ferrées sont doublées par des rails permettant à l’ensemble-canon de reposer sur des patins au moment du tir.
L’ensemble V188 est un train de munition, diesel électrique, avec des wagons réfrigérés. Les wagons sont reliés entre eux par des manchons qui font circuler l’air froid d’un bout à l’autre du convoi.
Les véhicules blindés sont de la marque «  l’Arsenal ».
Le diorama mesure 80cm x 28cm.

Les secrets du diorama

 

Locomotive BR50

 

Canon de 800 mm sur rail « Dora »

 

Portique

 

Voie ferrée

 

Pour en savoir plus

  • Siège de Sébastopol (1941-1942) — Wikipédia (wikipedia.org)
  • En janvier 1942, l’unité ferroviaire lourde 672 d’artillerie a été formée par un détachement complet de 1420 hommes sous le commandement d’un général pour servir le 80cm K (E) et transférée dans la région de Sébastopol en avril 1942.
    Le transfert, seul, du canon a exigé cinq trains avec une longueur totale de 1.653 mètres. L’arme se décomposait en 25 parties à assembler, montées sur des wagons plates-formes spéciaux. Bien avant l’arrivée du convoi une armée de terrassiers a commencé à préparer le site de tir choisi, à 16kms  au Nord de Sébastopol.
    Le site se décomposait en 3 parties. Une petite gare de triage permettait d’envoyer les bons wagons au bon moment à l’aire de montage située dans son prolongement pendant la phase de montage et démontage de l’arme. C’est sur cette aire de montage que furent assemblées les 25 pièces du canon, en six semaines au moyen de deux ponts roulants qui avaient été conçus pour cette tâche.
    L’aire de montage était terminée par deux voies nécessaires au support du poids de l’arme et formant une courbe permettant le pointage du canon. Les bordures de la voie avaient été relevées par des talus pour fournir une meilleure protection.

    Le pilonnage de Sébastopol a  débuté le 5 juin 1942. Le 6 , « Schwerer Gustav » (lourd Gustav) se concentra sur le  fort « la Blanche Falaise » qui était un magasin de munitions souterrain, réputé invulnérable, situé au fond de la Baie Severnaya, 
    Le « Schwerer Gustav » tira 9 projectiles sur cette cible sous-marine. les projectiles traversèrent plus de 30 m d’eau avant d’atteindre le fond et perforer le béton pour éclater à l’intérieur des entrepôts. Lorsque Dora eu tiré sa neuvième charge, le fort était en ruine et en surface tous les petits navires à voiles de la baie avait été coulés dans l’explosion.
    Le 17 juin Dora tira 5 derniers obus offensifs contre le fort Maxime Gorki. Le 1 er juillet la ville se rendait aux allemands.
    Pendant les 13 jours d’utilisation opérationnelle, le canon a tiré 48 obus sur plus de 7 cibles.