Contexte historique

 

 

LES FEMMES PILOTES SOVIETIQUES

Des bustes

Bustes réalisés par Jean-Marc ALONSO

 

Pour en savoir plus 

 

 

MIG 3

Le MiG-3, déjà difficile à piloter en temps de paix (il était par exemple souvent nécessaire de garder le cockpit ouvert à cause de la fumée), l’était encore davantage au combat. Il avait été conçu pour le combat à haute altitude, mais la plupart des combats sur le front de l’Est se faisaient à moyennes ou basses altitudes. En conséquence, comme d’autres chasseurs soviétiques, il se montrait inférieur au Bf 109.

Une maquette

Maquette réalisée par Vincent Moyet (mach-shop.com)

 

Pour en savoir plus 

 

 

Lavotchkine La 7 « Le sauveur en bois »

 

En 1941, Lavotchkine commença à développer un modèle de remplacement pour le LaGG-3 qui était inférieur face aux chasseurs allemands. Il est construit entièrement en bois et composites. Le moteur était logé dans une ossature en acier soudée.  Le nouveau modèle fut équipé avec un moteur en étoile Chvetsov M-82 à la place du moteur en ligne de son prédécesseur, et atteignit rapidement 600 km/h soit 40 km/h de plus.Le La-5 se distingua en particulier lors des durs combats au sud de l’URSS et il reçut le surnom de sauveur en bois de Stalingrad.

le La-7 est apparu au début de 1944. Sa structure allégée comprenait des longerons d’aile métalliques, un troisième canon de 20 mm et des améliorations aérodynamiques portant la vitesse maximale de l’avion à 680 km/h. Plus rapide d’une trentaine de kilomètres par heure que son prédécesseur le La-5FN, il rejoignit le Yak-3 au panthéon des meilleurs chasseurs soviétiques et mondiaux. Le La-7 a été considéré par ses pilotes comme étant au moins équivalent à n’importe lequel des chasseurs allemands à moteur à pistons. Il a même abattu un chasseur à réaction Messerschmitt Me 262. 

Une maquette

Maquette au 1/72 , réalisée par Patrice ROMAN

 

Pour en savoir plus

 

Bereznyak-Issaïev BI-1

 

le 27 avril 1942, le premier envol depuis le sol put être mené et le 15 mai, le pilote d’essai Grigori Bakhtchivandji accomplit le premier vol autonome, moteur à fond, en trois minutes et neuf secondes. Son vol se termina en catastrophe, car une pale de turbine se brisa en phase de descente et la cabine se remplit de fumées toxiques : Bakhtchivandji parvint tant bien que mal à faire atterrir le BI-1 à l’aveugle et pratiquement en apnée. Malgré la rupture du châssis, il avait sauvé le prototype, qui put être réparé pour de nouveaux essais. Les essais suivants eurent pour but de pousser au maximum la vitesse du BI-1 ; 50 appareils étaient déjà en cours d’assemblage. Le septième vol, le 27 mars 1943, tourna à la catastrophe : Bakhtchivandji perdit le contrôle de l’appareil et s’écrasa au sol. 

Une maquette

Maquette au 1/72 , réalisée par Philippe MARTIN

 

Pour en savoir plus

 

 

 

Bell P39 « airacobra »

Il fut utilisé par les Soviétiques (qui reçurent la majorité de la production) qui appréciaient beaucoup sa puissance de feu en couverture à basse et moyenne altitude (5 000 m) où il savait se montrer particulièrement percutant en attaque au sol ou contre des bombardiers.

Les Britanniques en avaient commandé pour la RAF qui, en ayant équipé une escadrille, l’envoya contre la Luftwaffe. Les résultats ne furent pas spécialement mauvais mais la maintenance des appareils et les rapports des pilotes britanniques au sujet de son comportement en vol firent que l’escadrille en question fut immédiatement retirée du combat et rééquipée en Spitfires V. Les Américains firent une expérience analogue avec les mêmes résultats. Ils ne virent dès lors aucun inconvénient à livrer le gros de la production (car l’important plan industriel de fabrication établi pour le P-39 tournait alors à plein régime) à des alliés moins regardants comme l’URSS, la France puis l’Italie libérée.

 

Une maquette

P39N du Major VF SIROTIN ,  17th IAP  1944

Maquette Academy au 1/72 , réalisée par Philippe FOULON

 

Pour en savoir plus

 

 

CURTISS  « P40 »

 

Il y a eu plus de 2100 P-40 tous types confondus envoyés par les Britanniques et les Américains au titre de la Loi « prêt-bail » (Lend Lease) et bien que les Soviétique lui ai préféré le P-39, ils ont su tirer le maximum des performances limitées de l’appareil!

Une maquette

Maquette au 1/72 , réalisée par SylvainVERNIER

 

Pour en savoir plus