contexte historique

 

 

Automitrailleuse Büssing A5P

Une maquette

Maquette réalisée par Eric GALLAUD

Pour en savoir plus 

 

 

Automitrailleuse Fiat-Terni « Tripoli »

Une maquette

Maquette réalisée par Eric GALLAUD

Pour en savoir plus 

 

 

Automitrailleuse « LANCHESTER »

En Angleterre, le Royal Naval Air Service (RNAS), encouragé par les expérience de Charles Samson à bord de véhicules blindés improvisés, recherchait des véhicules blindés plus standardisés pour protéger les aérodromes et sauver les pilotes abattus derrière les lignes, Pragmatiques, les spécialistes de l’armement naval britanniques produisirent une coque et une tourelle. De leur côté, les ingénieurs de la Lanchester Motor Company s’inspirèrent du châssis d’une voiture de tourisme, renforcé et modifié entre autre par un jumelage des roues arrières et présentèrent le premier prototype en décembre 1914. 
Le RNAS passa commande de 36 véhicules pour sa royal Naval Armoured Car Division et la production fut rapide car, les trois escadrons prévus (5e, 6e, 15e) furent dotés en juin 1915. Malheureusement, la guerre des tranchées les rendant inutiles, en septembre 1915, la Royal Navy rétrocéda les Lanchesters à la British Army. Celle ci, pour des raisons de standardisation, choisit de ne conserver que les Rolls-Royces et les 32 Lanchesters retournèrent en Angleterre.

En septembre 1915, la mission russe en Angleterre pour l’achat de matériels fut intéressée par les Lanchesters inutilisées et dans une vente aux enchères inhabituelle se retrouva propriétaire de 20 exemplaires. L’armée Russe, souhaitant une puissance de feu supérieure, demanda l’adaptation d’un canon Hotchkiss de 37 mm en plus de la mitrailleuse.
Les lanchesters furent livrés à 12 pelotons d’auto-mitrailleuses (25e, 29e, du 37e au 47e) où elles étaient censées remplacer les Garford -Putilov (dans l’escadron autocanons) en bout de course, elles prouvèrent leur efficacité malgré quelques faiblesses (protection de radiateur mal fixée, projectile explosif de 37 mm trop faible, faible garde au sol).

 

Une maquette

Maquette réalisée par Bertrand GAUTIER

 

Maquette réalisée par Gilles THOMAS 

Pour en savoir plus 

 

 

MODEL T  « RNAS »

Compte tenu de la faiblesse des « Lanchesters », l’escadron « Locker-Lampson » demanda un véhicule plus léger  sut une base de la fameuse Ford T . Six exemplaires furent utiliser en Russie.

 

Une maquette

Maquette réalisée par Bertrand GAUTIER

Pour en savoir plus 

 

 

Voiture blindée Garford-Putilov

Une maquette

Maquette réalisée par Philippe FOULON

Pour en savoir plus 

 

 

Automitrailleuse Peugeot

Un diorama

En Août 1914, quelques unités de cavalerie française sont équipés de Peugeot AM. Dans les premiers stades de la guerre de mouvement, ils ont pu montrer leur plein potentiel dans le soutien de l’infanterie dans des raids derrière les lignes ennemies, mais déjà en 1915, avec la stabilisation du front, ces véhicules ont montré leurs limites en étant reléguée aux patrouilles sur les routes principales. Quand la guerre de mouvement réapparait en 1918, seulement 23 exemplaires ont survécu, étant donné que la production avait été interrompue depuis 1915.

Diorama réalisé par Philippe FOULON

Pour en savoir plus 

 

 

Automitrailleuse Austin Mk3

Un diorama

L’Austin Mk. III une voiture blindée britannique mais ce véhicule est plus connu pour son utilisation par l’Armée Impériale Russe notamment lors de la Première Guerre mondiale,

Maquette MB au 1/72 réalisée par Philippe FOULON

Pour en savoir plus 

 

Rolls Royce 1914 Tropical 

Les automitrailleuses Rolls-Royce sont des véhicules blindés britanniques mis en service en 1914 et utilisés au cours de la Première Guerre mondiale, la guerre civile irlandaise et, dans l’entre-deux guerres, en Transjordanie, Israël et en Mésopotamie. Dans les premiers temps de la Seconde Guerre mondiale, on les retrouve encore au Moyen-Orient et en Afrique du nord.

Un diorama

Six escadrons RNAS Rolls-Royce de 12 véhicules furent formés. L’un d’entre eux fut envoyé en France ; puis, après la stabilisation du front occidental, transféré en Égypte. Un autre ira en Afrique pour la lutte contre les colonies allemandes. En 1915, deux autres sont dirigés sur Gallipoli. A partir du mois d’août 1915, ces escadrons sont supprimés et les matériels remis à l’armée de terre britannique qui les utilise en tant que « Batteries légères motorisées blindées » .

L’un d’eux se rend célèbre par le harcèlement du chemin de fer du Hedjaz (reliant Damas à Médine), l’escadron étant commandé par un certain Laurence d’Arabie.

Maquette Retrokit au 1/72, réalisée par Philippe FOULON

Pour en savoir plus