Contexte historique

 

 

LES AUTOMITRAILLEUSES

 

PANHARD AMD 178

La Panhard AMD 178 de 1935 à était construite en très grand nombre, elle pouvait servir à la reconnaissance mais aussi au soutien d’infanterie. Après l’armistice elle sera utilisé par les allemands sous la désignation P204 et sa version 178B sera encore présente au début des années 50 en Indochine.

Des maquettes

Automitrailleuse de découverte Panhard AMD 178. 8ème cuirassiers, 2ème Division Légère Mécanique, France mai 1940.

 

Le canon de 25mm étant limité, l’armée pense dès 1938 les équiper avec le canon de 47mm mais c’est dans l’urgence des combats que Renault fournira cette tourelle dans un temps record. Le prototype prend part aux combats dans l’Yonne et détruit deux chars lourds avant d’être sabordé par son équipage. 

Maquettesréalisées par Philippe MARTIN

Pour en savoir plus

 

LES BLINDÉS

 

FCM 2C

Conçu à la fin de la Grande Guerre pour suppléer au char Saint-Chamond et participer aux grandes offensives prévues en 1919, ce char super-lourd et fortement armé devait pouvoir traverser des tranchées de 5,20 m, — soit la largeur d’une écluse des canaux du nord de la France — et écraser les points d’appuis ennemis sans l’appui de l’artillerie. Seuls dix furent finalement construits par les Forges et chantiers de la Méditerranée dans ses chantiers navals de La Seyne-sur-Mer à partir de 1919 et livrés en 1921. Ils furent utilisés dans des documents de propagande où leur masse écrasante impressionnait le public, tant français qu’allemand.

Une maquette

Maquette réalisée par Gilles THOMAS ( Lostiznaos)

Pour en savoir plus

 

 

HOTCHKISS H35/H39

 

Une maquette

Maquette réalisée par Yannick BERNARD

Pour en savoir plus

 

 

RENAULT B1 bis 

Le char B1 est un type de char lourd français, conçu dans l’entre-deux-guerres utilisé au début de la Seconde Guerre mondiale. D’une conception très avancée pour l’époque, les chars B se révèleront inadaptés aux opérations rapides de la bataille de France de mai-juin 1940. Le modèle Renault est choisi en 1929 mais la production ne débute qu’en 1934. Un modèle amélioré, le B1 bis sort en 1937. Mais La production du B1 bis est lente et seulement 370 seront livrés avant l’arrêt de la production fin juin 1940. Armé d’un canon antichar en tourelle et d’un canon anti-personnel en casemate, le char B est destiné à percer les lignes de défense ennemie. Lors des opérations de mai-juin 1940, la puissance des B1 bis parvient à entamer les attaques allemandes mais de nombreux chars B sont perdus sur pannes.

Une maquette

La quatrième DCr était en cours de formation, au moment de l’attaque allemande, comprenant deux nouveaux bataillons équipés de B1 bis, les 46ème et 47ème bataillons de chars de combat, formés respectivement à Bourges et Vanves .Le commandement en fut confié au colonel de Gaulle.

Maquette réalisée par ???

Pour en savoir plus

 

 B1 bis Démineur  

En 1945, on estime à 20 millions de mines disséminées sur tout le territoire. L’idée de monter des rouleaux démineurs sur un char fut reprise à partir des tentatives réalisées sur R 35 en 1940. La disponibilité de châssis de chars B obsolètes comme engin de combat orienta le choix vers ce type de matériel. Les premiers essais révélèrent rapidement que l’ensemble était difficilement manœuvrable en position de déminage. De plus l’existence de matériel américain éprouvé et largement disponible ne justifiait plus le besoin d’un appareil nouveau. Au moins deux exemplaires ont été construits, l’un d’eux est conservé au Musée des Blindés de Saumur.

Une maquette

Maquette réalisée par Jean-Manuel LIMONES

Pour en savoir plus

 

 

 

LES CANONS ANTICHARS

 

Les 3 canons antichars : 25mm, 47mm, 75mm 

Des maquettes

Maquettes réalisées par Philippe MARTIN

Pour en savoir plus

 

 

CHENILLETTE RENAULT UE 

A la mobilisation en septembre 1939, 2 848 engins ont été livrés. La production va atteindre les 300 véhicules par mois pour un total de 5 200 chenillettes en juin 1940. Ce véhicule conçu pour le ravitaillement en première ligne ne comportait aucun armement. La chenillette peut tracter une remorque chenillée mais également le canon antichar de 25 mm. Bien qu’apprécié par ses utilisateurs, la chenillette Renault ne brillait pas par ses performances. Malgré un blindage léger, la vitesse sur route ne lui permettait pas d’intégrer un convoi sur roues. L’autonomie dépassait à peine les 100 km.

Une maquette

Maquette réalisée par Benoit LANGANAY

Pour en savoir plus

 

 

RENAULT UE AUTOMOTEUR

Le 31 mai 1940, un canon Hotchkiss de 25 mm SA 34 est monté sur une chenillette pour une série d’essais. Cette tentative déboucha sur une commande passée le 10 juin pour 150 de ces chasseurs de chars. Quelques exemplaires ont été vus capturés par les troupes allemandes.

Une maquette

Maquette réalisée par Benoit LANGANAY

 

 

 

LAFFLY W15 TCC

Le Laffly W15 TCC (CC pour Chasseur de Chars) est une improvisation dictée par l’urgence des évènements de . Seulement 70 exemplaires et un prototype furent réalisés entre le 24 mai et le . Ils furent utilisés au sein des batteries antichar automotrices (BACA n° 51 à 61) et de la 10e batterie du 305e RA. Bien qu’efficace ce véhicule arriva bien trop tard pour empêcher la défaite française.

Une maquette

Maquette réalisée par Philippe MARTIN

Pour en savoir plus

 

 

LES VOITURES DE LIAISON

 

CITROËN Traction Avant 11CV

Adoptée par l’armée française et réquisitionnée par l’armée allemande dès 1940, la Traction est allée pendant la Seconde Guerre mondiale des sables de Libye aux glaces de Stalingrad. Elle est devenue le véhicule emblématique des hommes de la Résistance et des maquis, reconnaissable à ses grandes lettres peintes FFI sur les portières pendant la Libération. Après-guerre, elle est aussi la voiture de Pierrot le fou et du gang des Tractions Avant.

Une maquette

Maquette réalisée par Philippe MARTIN

Pour en savoir plus

 

SIMCA 5

Les origines de Simca remontent à un français né en Italie du nom de Henry Théodore Pigozzi, qui fonda en 1926 une société pour importer puis assembler des voitures Fiat vendues en France. Avec le soutien financier de Fiat, Pigozzi acheta une usine à Nanterre en 1934. La firme connut un grand succès avec la Simca Cinq, version française de la très populaire Fiat 500 « Toppolino ». L’emploi initialement prévu par l’ armée pour justifier l’achat de la moitié du stock de ces minuscules voitures est alors « la liaison dans les services de l’administration centrale et des services en remplacement d’un certain nombre de voiture 4/6 places (300ex.) , service de santé, voiture de vaguemestre dans les unités (200 ex.) », ces dernières en fourgonnette. 1640 ont été commandés jusqu’au 31/12/1940  et 1000  serront livrés environ.

Une maquette

Maquette réalisée par Benoit LANGANAY

Pour en savoir plus

 

 

LES VEHICULES DE TRANSPORT DE TROUPES

 

 

LORRAINE 38L « VBCP » 

Afin de protéger le groupe d’infanterie embarquée, une superstructure en forme de boîte, constituée de plaques de blindage, est ajoutée sur la benne et sur la remorque, avec des portes à l’arrière. Deux-cent-quarante VBCP 38L sont commandées, dont seulement neuf avaient été livrées au , et environ cent-cinquante le . De tous les belligérants de la bataille de France, l’armée française en 1940 est ainsi la seule à utiliser un transport de troupes entièrement chenillé. Ces véhicules étaient destinés aux bataillons de chasseurs portés, seul bataillon d’infanterie mécanisée au sein des divisions cuirassées, et aux bataillons blindés des divisions d’infanterie néanmoins, le , les 38L n’avaient pas encore été livrées aux divisions d’infanterie, elles utilisaient donc des semi-chenillés.

Une maquette

Maquette réalisée par Philippe MARTIN

Pour en savoir plus

 

 

 

LES CAMIONS DE TRANSPORT

 

 

CITROEN P45 

L’armée allemande, ayant saisie à son arrivée à Paris l’usine du Quai de Javel, en possédera plusieurs centaines en version camouflage. Très robuste, il sera aussi d’un grand succès à l’exportation et dans toutes les colonies françaises. Les entreprises de déménagement seront très souvent équipées de ces engins, en fourgon à deux essieux et châssis long ou avec tracteur routier et semi-remorque.

Une maquette

Maquette réalisée par Benoit LANGANAY

Pour en savoir plus

 

FORD AA  

 

Des maquettes

Maquettes réalisées par Benoit LANGANAY

Pour en savoir plus

 

LATIL H2Y10

 

Une maquette

Maquette réalisée par Benoit LANGANAY

Pour en savoir plus

 

FIAT SPA 38

Au printemps 1940, la France, qui voulait rapidement s’armer et disposer d’un véhicule fiable ayant fait ses preuves, en vue de son entrée en guerre imminente contre l’Allemagne nazie, passa une commande ferme de 500 exemplaires du 38R à Fiat . 400 de ces camions seront effectivement livrés avant l’entrée en guerre de l’Italie fasciste contre la France en 1940. La majorité des 400 exemplaires réceptionnés, commandés en partie pour l’Armée de l’Air, furent utilisés comme tracteurs d’artillerie pour les pièces de 75 mm lors de la campagne de mai-,

Une maquette

Maquette réalisée par Philippe MARTIN

Pour en savoir plus